Quelles approches concrètes utiliser pour accélérer sa transitions ?

Ce jeudi 14 décembre s’organise à Nantes une riche journée autour des transitions sociétales sur le théme “quelles approches concrètes utiliser pour accélérer sa transition?

Une journée riche dont vous pouvez retrouver le programme ici. C’est une des premières journées co-organisées par Civipedia à Nantes. Pour Civipedia, c ’est la première journée d’ateliers citoyens de partage d’outils et de méthodes pour accélérer les transitions. C’est à Nantes et c’est amené à se déployer sur les territoires. Civipedia, ce sont des citoyens au service d’autres citoyens pour leur donner les moyens de participer directement aux processus de transition écologique et sociétale dans leurs territoires de vie. 

Nous avons rencontré les fondateurs de ce beau projet lors de la première édition de la biennale “Faire Autrement” au familistère de Guise. Depuis nous sommes heureux de tisser des liens et d’imaginer des collaborations fortes autour de la démarche #CodeSocial et de la mutuelle des connaissances WeMob.

Avec WeMob nous étions à la biennale “Faire Autrement” pour expérimenter l’esprit du #OFF et voir quelle place cette démarche allait prendre dans le déploiement de la mutuelle.

Je ne peux m’empêcher de faire le lien avec le #OFF de l’appel à communs sur la thématique “Sobriété, Résilience et Territoires” que nous avons lancé avec quelques partenaires dont Civipedia, Soignons Humain, NiceFutur, ChezNous Mareuil  pour rendre permanent celui qui avait été proposé par l’ADEME en partenariat avec l’IGN et l’ANCT. 

Nous nous sommes pris au jeu et laissé gagner par une envie de Hacking bienveillant, par une envie d’imaginer l’appel à communs par le prisme de l’esprit #OFF

L’esprit #OFF pose le cadre d’un festival permanent dont les murs sont si virtuels que nous pourrons les pousser à l’infini.
Alors qu’est-ce qu’un festival permanent, sans murs et en réseau ?

Une façon concrète de se relier, d’expérimenter ensemble, de relier des événements, des lieux, des organisations, des individus dans un réseau social dans la vraie vie, pour être profondément vivants et mieux agir ensemble.

Nous sommes de plus en plus nombreux à ressentir un besoin de cohérence (co-errance), de changement de paradigme, cette envie d’aligner les paroles & les actes dans l’instant présent, à souhaiter rencontrer d’autres personnes partageant les mêmes aspirations et cette envie d’être acteurs et d’agir ensemble, de vivre, d’expérimenter en osant “faire autrement”.

Il y a tant d’événements sur les mêmes thèmes, tant d’acteurs agissant sur les mêmes sujets, tant de réseaux différents, qu’il devient difficile de s’y retrouver. D’un certain côté nous souffrons d’infobésité. Par exemple, demain commence à Paris l’Assemblée des Alliés de la Fabrique des Transitions dont une des journée a pour thème  : “Comment renforcer les transitions et notre capacité à les conduire ? Un thème assez proche de celui de la journée organisée à Nantes.

Avec la dynamique du #OFF nous voulons relier et créer des ponts entre des espaces et ainsi co-construire une cartographie des controverses et des convergences afin de mieux naviguer dans la complexité et favoriser l’action systémique.

D’ailleurs naturellement nous ferons le lien avec d’autres événements sur lequel nous avons en conscience posé l’esprit du #OFF. Il s’agit à la fois d’un événement merveilleux autour d’un voyage au Tibet. Ce voyage est le fruit de la rencontre entre Barbara Steudler (Nice Futur) et Sofia Stril Rever. Elles sont engagées depuis des années avec cœur dans une exploration des sagesses du monde. Cette rencontre entre la sagesse de la forêt amazonienne, de l’Afrique et de la sagesse du Tibet qui vivent en nous et au-delà de nous.

Ce voyage s’inscrit dans une volonté plus large de développer un réseau d’âmes guérisseuses et créatives du monde à venir, un réseau ouvert permettant d’interconnecter des connaissances et de permettre de faire rayonner les actions de chacun au service du vivant. Les peuples racines du monde entier sont les gardiens des sagesses premières de l’humanité, qui détiennent « l’information première » d’une relation sacrée au vivant. En perdant le sens sacré de la vie, le matérialisme dominant met aujourd’hui en danger l’équilibre vital de l’humanité et de la Terre mère. Le désir profond et actif de cette rencontre est d’ouvrir pour le monde et les générations à venir une voie d’amour pour prendre soin de toutes les formes de vie qui partagent avec nous l’aventure de la vie terrestre. L’esprit #OFF a pour intention de favoriser la reliance, l’expérimentation et ces espaces de co-construction.
Nous ferons le lien entre la journée organisée demain à Nantes avec d’autres événements sur lesquels nous avons porté notre attention afin de faire germer quelques graines de connaissance afin de fleurir le territoire de connaissances que la mutuelle est en train de co-construire afin de faciliter les actions.

Comment ne pas faire le lien aussi avec La vie à l’heure des grandes transitions. Voilà le thème de deux jours de rencontres organisés à la maison de l’Unesco dans une dynamique conjointe portée par l’université de la Terre et Le Parlement des Entrepreneurs d’Avenir. 

Sur le site on peut lire : Le grand rassemblement de cette fin d’année qui réunit tous ceux qui souhaitent agir pour une vie meilleure !

Le nombre d’événements qui ont pour sujet les transitions, le changement, est en constante augmentation.. en abondance.. .. Souvent les programmes sont passionnants, les intervenants de grandes qualités, les moyens mis en oeuvre impressionnants.. et les participants de plus en plus présents et motivés à être dans l’action

A partir de cette observation, et en nous appuyant sur notre propre envie et expérience, nous avons ressenti le besoin de rendre vivant ces évènements et de relier les connaissances.

Plus la communauté sera large et reliée et plus émergeront de ces liens des graines de connaissance propices à l’émergence d’actions inspirantes et inspirées.

Ne pouvant être présent physiquement pour la journée à Nantes, nous pourrons quand même participer. Nous serons présents pour une visio de 16h à 17h30 qui promet d’être très enrichissante pour plusieurs raisons. 

Tout d’abord la thématique est d’une très grande actualitéPerformance et transformation en continu des organisations ! Comment faire pour que des personnes  avec des opinions bien différentes parviennent à se rassembler pour avancer ensemble ?”.

De plus, les invités ont des expériences significatives et viennent du Canada. Le Canada a une grande culture en termes d’intelligence collective et de coopération. 

Luc Tremblay a été le directeur de la Société de Transport de Montréal (STM), une entreprise de 11 000 salariés. Son interview sur Radio Canada donne des éléments très intéressants sur l’importance de la façon dont on doit faire évoluer la façon de créer des écosystèmes contributifs puissants et agiles au niveau d’un territoire. L’article publié à l’occasion sur le site de Radio Canada proposait un titre sans équivoque : Le DG de la STM quitte la société de transport et se vide le cœur. Il a certainement une expérience de la complexité de la question des transition et de la gestion de la complexité car comme il dit dans son interview la crise du covid a déjà permis de voir un certain chaos mais la crise environnementale va amplifier les phénomènes. 

Il sera accompagné de Claude Emond. Claude Émond est partenaire-fondateur des Entreprises Quali-Scope Inc., une entreprise canadienne spécialisée en conseil, coaching, facilitation et form-action (Action Learning) en agilité et en performance organisationnelle. Il est aussi partenaire-fondateur du Groupe TransformAgilité, un partenariat d’experts accompagnant les entreprises dans la mise en place de pratiques et de cultures collaboratives agiles et innovantes plus performantes. Il est l’un des deux associés d’Innovation Intégrale 2.0 pour laquelle il donne des formations en innovation de production en collaboration avec Québec International.

Le besoin d’une transformation systémique et incarnée à chaque instant est une nécessité au regard des enjeux environnementaux, sociaux, économiques et politiques qui sont devant nos yeux. La crise, comme le dit sa signification en chinois, est une opportunité de changement. On ne parle plus de crise mais de “permacrise” et il est sans nul doute besoin d’imaginer les changements à venir comme des transmutation que de simples transitions.

Dans un post d’Emmanuelle Duez titré “Fatigué d’entreprendre, diriger en complexité”
Les chiffres sont éloquents
“Ils sont 74 % à n’être ni confiants, ni optimistes pour l’avenir. Ils sont fatigués, découragés. Résultat : plus de 100 000 dirigeants d’entreprise français ont volontairement cessé leur activité entre janvier et juin 2022. 100 000 en cinq mois. Ils n’y étaient ni contraints, ni forcés. Ils ont simplement lâché.”

De quoi ces chiffres sont-ils le nom ?

– +50% cessations d’activité volontaires en FR entre 2020 et 2022

– 20% dirigeants pessimistes

– 18% découragés

– +37% défaillances d’entreprises entre sept 2022 et sept 2023

Antonio Gramsci : « La crise, c’est lorsque le vieux n’arrive pas à mourir et que le neuf n’arrive pas à naître. Entre les deux, tous les démons peuvent surgir »

De la plume du sociologue Edgar Morin jusqu’à celle du patron de Nexans Christopher Guérin, la notion de « permacrise » chemine dans les mots des penseurs et faiseurs de notre époque pour qualifier le contexte dans lequel nous évoluons. Les crises ne se succèdent plus, elles se superposent. Nous ne sommes plus confrontés à des épisodes temporellement définis, ayant un début et une fin, mais bien à un état critique continu et permanent. 


Les concepts aussi s’additionnent, plus ou moins heureux d’ailleurs, pour tenter de dépeindre ce que nous vivons. Vous avez dû les entendre ici et là : le monde se qualifie tour à tour VUCA (Volatile, Incertaine, Complexe et Ambiguë), ou BANI (Fragile, Anxieuse, Linéaire, Incompréhensible). Sous la plume d’Emmanuelle Barbara il se pare des 4I (Incertain, Imprévisible, Instable, Irréparable) . Tout ceci rend compte de l’étendue de la complexité qu’il nous faut désormais affronter.

“Il n’est pas nécessaire de changer, la survie n’est pas obligatoire “- Edwards Deming

Cette complexité et la vitesse des mutations laissent des traces et ce n’est pas non plus un hasard si nous avons décidé de regarder la question de la sobriété, de la résilience des Territoires par le prisme de la santé mentale. Cela fait aussi écho à une  journée organisée il y a peu par la chaire de philosophie à l’hôpital sur le thème “Ecologie et psychologie : une intersection Politique?”. Nous avons suivi cette journée à partir de l’état d’esprit du #OFF afin de nourrir la pensée systémique qui nous anime

« S’engager en faveur de la santé mentale, c’est investir dans une vie et un avenir meilleurs pour tous (…). La santé mentale est un droit. Chacun de nous mérite de s’épanouir ». C’est ce qu’affirme l’Organisation mondiale de la santé dans son dernier rapport sur la santé mentale publié en juin 2022

La santé mentale est « un droit fondamental de tout être humain ». Il importe donc de créer des environnements favorables pour permettre à toute personne de s’épanouir et de jouir d’une santé mentale satisfaisante à tous les moments de sa vie, quels que soient son âge, son état de santé, ses conditions de vie et les contextes sociaux, sociétaux et environnementaux dans lesquels elle évolue.

« La santé résulte d’une interaction constante entre l’individu et son milieu » et représente donc « cette « capacité physique, psychique et sociale des personnes d’agir dans leur milieu et d’accomplir les rôles qu’elles entendent assumer d’une manière acceptable pour elles-mêmes et pour les groupes dont elles font partie »

C’est à partir de ces dynamiques que nous participons à cette visio et au lancement de Civipedia à Nantes. Notre volonté est à travers notre écosystème de mutualisation d’aider les acteurs motivés et prêts à entrer en chemin de cohérence à se relier et entrer dans une dynamique systémique d’intelligence collective et de co-création. Pour cela nous explorons une technologie de reliance : “La démarche #CodeSocial”. 

Un monde complexe, une accélération subie, des défis à relever, un monde à rêver ensemble. C’est le moment de nous connecter avec coeur à la puissance du vivant.

C’est le moment de se libérer des approches binaires fondées sur des oppositions pour voir ce qui permet de se relier : la complexité demande de faire évoluer notre façon d’aborder le présent, le passé et l’avenir. Or, si la civilisation est constituée de constructions culturelles capables de domestiquer le changement,c’est le moment aujourd’hui de se retrouver autour d’un langage commun, un nouveau cadre, trouver un sens au monde et co-construire les outils capables de répondre à une réalité qui prenne en compte les différents filtres.

Nous proposons un espace de reliance, une expérimentation permanente pour construire une économie de la connaissance ouverte à travers un écosystème décentralisé en bien commun. Avant d’être une proposition technique c’est avant tout un état d’esprit, un rêve à partager et à incarner. Pour cela nous nous retrouvons via notre espace contributif et connecté.

Et au fait, on ne s’est pas présenté! Nous sommes une communauté ouverte en construction. Nous développons un modèle de communauté autour de la démarche #CodeSocial. 

Nous nous basons sur un socle basé sur le compostage d’une période de plus de 20 ans. Nous parlons de compostage pour évoquer une démarche vivante de conversion et de valorisation d’une matière organique (fabriquée par le vivant) en une matière stabilisée. La matière organique dans le cas de La Démarche #CodeSocial est l’ensemble du capital immatériel développé de l’apparition de l’idée à maintenant et prenant en compte l’ensemble des contextes qui l’ont enrichi. C’est une analogie qui nousm’inspire depuis des années et qui est en train de s’incarner dans des faits concrets. C’est une démarche de résilience. Cette dynamique de compostage a commencé au moment de la liquidation de la SAS ChezNous. La démarche #CodeSocial a été inventée dans le cadre de la création de ce commun entrepreneurial autour de l’idée de la révolution du sourire puis utilisée dans différents autres contextes. Mais ça c’est une autre histoire.