Contexte sociétal

La perte de nos repères, les Poly-crises (sociales, économiques, environnementales, sanitaires, politique), la vitesse de transformation de nos sociétés due à la révolution numérique mettent chacun de nous dans une position très particulière. Nous avons des difficultés à nous projeter dans l’avenir. Notre quotidien est de plus en plus impacté par la globalisation d’un monde que certains pensent être en grand danger.

Il nous faut être inventifs pour changer le cours des choses et impulser de nouvelles dynamiques sociétales. Nous sommes tous une partie de la solution. C’est en développant de façon systémique la coopération, l’entraide, l’intelligence collective à partir de chaque territoire que nous pouvons réussir à transformer les problèmes en solutions. 

L’imagination et la créativité n’ont jamais été autant nécessaires afin de construire les solutions durables. Cependant les individus peinent à trouver des soutiens pour leur permettre d’agir, de créer, et d’être en harmonie dans ce nouveau monde qui émerge sous leurs yeux.

Il est indispensable de mutualiser les énergies et de relier les singularités afin de gagner en efficience. L’énergie de notre attention et de notre capacité à rêver donne son architecture à ce monde. Nous pouvons construire ensemble une nouvelle réalité.

Notre capacité d’action collective n’a jamais été si grande. Internet et l’ensemble des réseaux de communication ont permis d’interconnecter les personnes et les idées. De nombreuses initiatives montrent que des solutions existent.

Les effets de la révolution informatique accélèrent l’entrée des sociétés humaines dans une nouvelle phase d’évolution. Des mouvements comme le transhumanisme, la collapsologie interrogent profondément la vision du monde, la place de l’humain et du vivant. Quel monde laisserons-nous à nos enfants ? Quels enfants laisserons-nous à la nature ?

Les enjeux sont complexes et les mutations rapides, l’économie de la connaissance et l’économie numérique sont de puissants leviers de croissance à partager avec le plus grand nombre. Mais pour cela, il faut se donner les moyens de bien les intégrer et surtout de les mettre en mouvement de façon efficiente et résiliente au niveau local.

Il est temps d’en finir avec les approches binaires qui opposent les choses… la complexité demande de changer de façon d’aborder le présent, le passé et l’avenir… Nous avons besoin d’imaginer de nouvelles architectures sociétales. Nous sommes face à une situation qui nécessite l’émergence d’une véritable économie de la connaissance ouverte incarnée localement afin que le plus grand nombre puisse faire l’expérience du possible changement de paradigme. Il est temps de développer des territoires apprenants et résilients au service du vivant et honorer le miracle de la Vie.